99.

« Mon Seigneur, Tu es mon Seigneur.
Tu es le Seigneur de tous, Tu es le Seigneur de l’univers.
Je Te demande pardon, pardon, pardon, car cette fois, je vais Te poser une question impardonnable.
 »

« Je te pardonne, je te pardonne, je te pardonne.
Parle, mon enfant.
 »

« Mon Seigneur, as-Tu jamais accepté d’avoir quelqu’un comme Seigneur, ne fût-ce que pour un jour, ou même juste pour une seconde éphémère ?
 »

« Si j’ai eu un Seigneur ?
Pour un seul jour ?
Ou même pour un moment éphémère ?
Mais j’ai un Seigneur constant, permanent, éternel.
C’est l’amour que m’offrent mes plus chers amants qui est mon Seigneur constant, permanent, éternel.
J’ai toujours été le parfait esclave de l’amour offert par mes amants.
En vérité, mon enfant, toi aussi, tu es l’un d’eux, un de mes Seigneurs.